Hadopi c’est l’avenir… couplé au contrôle parental et quelques taxes

C'est grosso modo le résumé de ce qui s'est dit lors de la Convention Culture organisé par l'UMP. En effet, pour aider le financement de la culture, la droite a organisé un groupe de reflexion sur les possibles étapes à mettre en oeuvres afin de renflouer les caisses de l'industrie culturelle et leur limiter les pertes lié au téléchargement illégal.

La première attaque est directement adressée au Parti Socialiste qui, pour objectif de campagne électorale, a promis d'abroger la loi HADOPI et de mettre en place une sorte de licence globale. Enfin bon, rien est sûr de ce coté là non plus puisque les avis divergent selon le candidat à la primaire de gauche. Mais une chose est sûre pour l'UMP : La licence globale est du passé car ils ramènent aux débats houleux qui se sont produits lors de l'examen de la loi DADVSI à propos du juste financement des artistes. L'avenir ne peut que se jouer en faveur de l'HADOPI !

C'est d'ailleurs grâce au bilan de l'HADOPI qu'ils confortent leurs idées :

Le téléchargement illégal baisse plus rapidement en France que dans les autres pays. Il ressort des études récemment conduites par le cabinet Nielsen que le recul de l’utilisation des réseaux peer-to-peer, amorcé à l’automne 2009 lors de l’adoption de la loi Hadopi 2, s’est considérablement accéléré depuis le lancement de la réponse graduée avec une baisse de 31% au cours des six premiers mois de celle-ci. Par ailleurs, si ce recul du peer-to-peer est un phénomène général en Europe, il est sensiblement plus important en France que dans les autres pays

Ce n'est pas fini, selon l'UMP, le chiffre d'affaire de l'industrie musicale aurait progressé de 23% au cours de ces douze derniers mois en France ce qui est plus que les chiffres observés dans les autres pays européens. De plus, le dernier sondage réalisé auprès de 1500 français serait positif pour HADOPI car 50% d'entre eux estiment que la loi les incitent à consommer plus d'oeuvres culturelles dans le respect des droites d'auteurs contre 36% auparavant.

Mais alors que faire pour continuer sur cette lancée ?

  • Un député UMP aurait eu l'idée de proposer d'activer par défaut les logiciels de contrôle parental offerts et installés par les FAI afin de combattre l'accès des sites pornographique aux mineurs. Mais l'idée va plus loin... l'idéal serait d'étendre ce filtrage aux sites de téléchargements illégaux et ainsi banaliser l'idée première qu'était le logiciel de sécurisation d'HADOPI.
  • Une autre proposition a été faite et se proposerait sous forme de taxe sur les terminaux d'accès à internet. Actuellement toutes les box fournies par les FAI sont sujet à la taxe pour copie privée et les députés souhaiteraient créer une taxe pour les terminaux sans disques durs afin d'englober l'utilisation en masse des services de stockage Cloud ainsi que les téléchargements divers, même légaux. Les députés insistent biensûr le fait que cette nouvelle taxe n'est pas une licence globale et n'ouvre donc pas la voie sur une légalisation du téléchargement illégal.
En attendant que toutes ces idées prennent réellement forme, le PS a déjà riposté en demandant un moratoire sur le filtrage et le blocage.
Source : PC INpact (, et  et encore ici)
0 0 vote
Note de l'article
Subscribe
Me notifier des
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires