C'était il y a exactement 1 an, alors que Megaupload était au sommet de sa gloire, le FBI coupa tous les tuyaux et les ennuis suivirent pour Kim Dotcom, son fondateur. Après une bonne année de déboires judiciaires et la promesse qu'un jour le successeur de Megaupload viendra (on avait même un moment entendu parler d'un site de musique appelé MegaBox), voici qu'apparait enfin "Mega", le site de stockage et de partage de fichiers.

Pour présenter un peu plus le site, il faut déjà remettre les pendules à l'heure. Mega n'est pas comme Megaupload, il ressemble plus à un Dropbox, Skydrive ou autres concurrents... Avec la possibilité de créer un compte gratuit disposant de 50 Go d'espace pour stocker tous genres de fichiers et ce, de manière sécurisé et chiffré. Mais pour les plus gourmands, le site propose également 3 abonnements payants :

  • Pro I : 500 Go d'espace, 1 To de bande passante pour 9.99€/mois ou 99.99€/an
  • Pro II : 2 To d'espace, 4 To de bande passante pour 19.99€/mois ou 199.99€/an
  • Pro III : 4 To d'espace, 8 To de bande passante pour 29.99€/mois ou 299.99€/an

:site: Jeter un œil sur Mega

Bonus : Pour ceux qui veulent avoir des renseignements très précis sur le fonctionnement de Mega, PC INpact a réalisé un dossier assez sympathique :

Avec MEGA, Kim Dotcom joue gros. Il a en effet multiplié les annonces, les promesses et les provocations ces derniers mois, notamment via son compte Twitter. Alors que le site sera dévoilé demain, et ouvert à tous, nous avons pu accéder au service de stockage attendu comme le messie par tant d'internautes. L'occasion de voir s'il tient ses promesses ou non. Voici notre compte-rendu au sein d'un dossier complet.

:site: Dossier de présentation de Mega par PC INpact

Nouvelle année, nouvelles blagues. Et ce n'est pas parce qu'on est dimanche que le monde va s'arrêter ! Voici donc un florilège de poissons d'avril répertoriés sur la toile...

Ce sujet sera mis à jour tout au long de la journée.

Les liens :

April :
Interview: la mafia internationale et internet (préparez au moins une heure pour tout lire)

Axe-net.fr :
Google lance un pack de sécurité SEO

BHeller :
Samsung et HTC annoncent leur retrait de la plateforme Android !

Blackberry-france :
BlackBerry Curve 9999, info ou intox ?

Fibretigre :
Un projet de loi qui remet en cause votre liberté de twitter ?

FlickR :
Une nouvelle vision de vos photos (en anglais)

FrAndroid :
Google Play ouvert au contenu pornographique !
Samsung sort une souris Android de ses labos

Lire la suite de

L'affaire Megaupload ayant eu lieu courant de la semaine dernière a laissé comme un sentiment de peur chez certains de ses confrères. En effet, aujourd'hui c'est le tour du site Filesonic d'abandonner purement et simplement ses activités de partage de fichiers afin d'éviter de possible représailles de la part d'autorités quelconques.

Il faut savoir que les serveurs du site Filesonic sont basés en Angleterre et à Hong-Kong et pouvaient à tout moment être la cible d'une saisie pour un jugement similaire à celui de Megaupload...

Néanmoins, Filesonic ne ferme pas car il change d'activité principale pour devenir simple un disque dur personnel surfant sur la vague du Cloud, de même toute activité d'abonnement a été stoppée.

Qui sera le prochain ?

C'est apparemment le cas ce soir suite à la décision de la justice américaine de fermer le 13ème plus gros site du monde pour publication de fichiers copyrightés (donc de distribution de fichiers piratés) occasionnant une perte de plus de 500 millions de dollars dans le portefeuille des gérants de l'industrie de disques et du cinéma américains.

Cette décision intervient le lendemain de la protestation des plus grands acteurs d'internet au sujet des lois SOPA/PIPA, lois qui permettrons si elles sont votées, de censurer sans jugement les sites vivant de la contrefaçon des oeuvres des industries musicales et du cinémas.

A noter également que la police néo-zélandaise a arrêté aujourd'hui même le fondateur du site, Kim Dotcom, et trois des ses acolytes.

MAJ 20/01/12 0h33 : Apparemment en guise de réponse à la fermeture de MegaUpload, le groupe de hacker Anonymous aurait mis en place des attaques de types deni de service "DDoS" sur les sites suivants :

  • Ministère de la justice américaine
  • Universal Music
  • RIAA
  • MPAA
  • Copyright.gov
  • Hadopi.fr


2 billets sur le twitter du groupe